The benefits of a podcasting class in French

 

podcastingclasses

 

The podcasting class gives you the opportunity to work all your linguistic skills in French with the help of a French-speaking teacher.

 

ONE :

LISTENING COMPREHENSION

You will analyse podcasts in French to be able to make your own podcast(s)

 

TWO :

READING COMPREHENSION

CROSS-CULTURAL SKILLS

 

You will research a topic related to the French-speaking culture, so you will discover new things about what is interesting for you.

 

THREE :

GRAMMAR

VOCABULARY

WRITTEN EXPRESSION

 

You will need to write a podcast script. This class is open to all the level because you’re always able to write something. Just the level of complexity of the sentences will vary from one student to another.

 

FOUR :

PHONOLOGICAL SKILLS

 

After the correction of your text, you will practice your pronunciation and intonation with your French-speaking teacher.

 

FIVE:

PHONOLOGICAL SKILLS

ACTING

HAVING FUN

 

When you’re ready, you can record your digital audio file and improve your podcast with sounds and music to illustrate the topic.

 

SIX :

PRIDE

FAME (Why not ?)

 

If you wish, your podcast can be posted online and you can be proud of your production. You can do it !

 

To register to a podcasting class at the Alliance Française de Pasadena: http://afdepasadena.org/courses/classifications/podcast/ 

 

Rédiger un script pour un podcast

1000px-Podcast-icon.svg (1)Paradoxalement, faire un podcast n’est pas qu’un exercice oral. En effet, une préparation écrite est nécessaire pour que l’animateur s’exprime de manière plus pertinente, plus fluide, sans hésitation et pour qu’il soit plus agréable à écouter.

Tout d’abord, il faut avoir conscience que le public des podcasts est particulier. Il n’est pas entièrement disponible et fait souvent autre chose pendant l’écoute: conduire, cuisiner … C’est pourquoi il est indispensable pour l’animateur de mettre tout en oeuvre pour attirer et surtout maintenir l’attention de l’auditeur. Il ne faut jamais oublier que le public est un grand consommateur et qu’un seul clic peut le conduire vers un podcast concurrent.

Ecrire un script de podcast est particulier parce que les codes de rédaction sont différents que ceux d’un article de presse, par exemple. Le podcast est fait pour être dit et l’animateur a pour but de donner l’impression d’être un orateur spontané, avec un ton naturel et décontracté pour procurer à son public un moment divertissant, instructif et intéressant.

  • Le style doit correspondre à un acte oralisé.
  • La structure doit être claire.
  • Faites des phrases courtes et évitez d’utiliser des mots de liaison. La phrase complexe représente trop le style écrit.
  • Il faut toujours répondre aux questions de base: qui ? quoi ? où ? quand? comment ? pourquoi ?
  • Les informations doivent être présentées de la plus importante à la moins importante.
  •  Le vocabulaire doit être simple et concret.
  • Pensez à votre respiration.
  • Utilisez des expressions que vous avez l’habitude d’utiliser à l’oral.

Attention:

Des phrases trop longues ne sont pas naturelles et sont difficilement dites avec aisance.

Il faut éviter de mal prononcer des mots et d’hésiter. La communication doit sans cesse être fluide et claire.

Lire à haute voix le script à plusieurs reprises avant l’enregistrement du podcast peut vous permettre d’être plus à l’aise et de faire les modifications nécessaires quand vous remarquez qu’une phrase est trop littéraire et /ou pas naturelle à l’oral.

Quand votre texte est prêt, il ne vous reste plus qu’à le lire sans en donner l’impression. Vous devez sembler spontané et votre ton doit être dynamique sans pour autant sonner faux.

 

Explication des mots en bleu: 

Pertinent = relevant

Disponible = available

Mettre tout en oeuvre = tout faire

Procurer = donner

Remarquer = to notice

 

Pourquoi faire des podcasts ou en faire faire pour enseigner les langues étrangères ?

Onair

Vous avez certainement déjà utilisé les podcasts de certaines radios pour entraîner vos apprenants à la compréhension orale. Mais pourquoi faire ou faire faire des podcasts pour enseigner les langues étrangères ?

En tant qu’enseignant, pourquoi faire des podcasts ?

Les activités de compréhension orale sont souvent impressionnantes et stressantes pour les apprenants. Ces derniers ont tendance à être déstabilisés par l’exercice lui-même: un nombre très limité d’écoutes, un nouveau sujet, de nouvelles expressions, une ou plusieurs nouvelle(s) voix, des débits différents et peut-être même un ou des accent(s) différent(s). Tant de nouveautés ajoutés au manque de confiance en soi font de cet exercice nécessaire une épreuve éprouvante pour certains.

La solution pour résoudre ce problème sur le court terme est la production de podcasts par l’enseignant. Il peut choisir un sujet culturel, par exemple, le développer à l’écrit et s’enregistrer avec son smartphone. Pour cela, la simple application “dictaphone” suffit, mais s’il veut faire quelque chose de sophistiqué, il peut utiliser Garage Band sur son Mac ou Audacity sur son PC.

Une fois le podcast enregistré, il peut créer une série d’activités. Pour faire une séquence complète, il est préférable de respecter les trois parties suivantes: anticipation, compréhension globale et compréhension détaillée. S’il veut en profiter pour faire travailler d’autres compétences, il peut, par exemple, faire repérer un fait de langue, créer un exercice de systématisation et terminer le tout par une activité de production orale ou écrite dans laquelle, bien sûr, il y aurait à pratiquer le fait de langue étudié.

S’il le souhaite, ses podcasts peuvent être diffusés sur un Soundcloud, sur son blog pédagogique ou sur des plateformes d’audioblog comme Arte Radio ou RFI Savoirs.

Le fait que ce soit une production personnelle va forcément attirer l’attention de l’apprenant, de plus, la voix du professeur va le rassurer. En effet, il y est habitué et ne sera pas trop déstabilisé par son débit. Seuls les expressions et le thème seront neufs mais l’apprenant vivra mieux l’exercice.

Cette production par l’enseignant lui-même ne peut être que temporaire, en effet, son but est de rassurer au maximum l’apprenant avant qu’il fasse le grand saut vers d’autres podcasts authentiques.

L’enseignant peut également se servir de podcasts pour lire des textes étudiés en cours. Le podcast peut servir d’exemple pour la prononciation, en particulier si la lecture ne se fait pas trop rapidement et si le professeur articule. Au début de son apprentissage, l’apprenant a besoin de comprendre les règles de prononciation, de les entendre appliquées et d’écouter la langue cible pour améliorer sa propre prononciation et se sentir à l’aise avec ses nouveaux phonèmes.

Quand il est plus à l’aise, l’apprenant peut commencer à produire ses propres podcasts.

Pourquoi et comment faire faire des podcasts ?

Faire faire des podcasts est un excellent moyen de rendre l’apprenant vraiment actif dans son apprentissage et ce, à tous les niveaux. C’est à l’enseignant d’adapter les consignes au niveau des apprenants.

L’approche basique:

L’enseignant propose des sujets (culturels, par exemple) et l’apprenant fait les recherches nécessaires, rédige un texte et après correction écrite et orale, l’enregistre.

L’approche sophistiquée:

Des apprenants peuvent travailler ensemble et copier des émissions audios. Ils peuvent par exemple faire des interviews, des jeux, des documentaires, des micro-trottoirs. Les jeux de rôles sont les bienvenues pour rendre l’activité ludique.

La création de podcasts permet de faire travailler plusieurs compétences en même temps: la compréhension écrite (au moment des recherches), la compréhension orale (si leurs sources sont des documents audios), la production écrite (au moment de la rédaction du script) et la production orale (au moment de l’enregistrement). Et en plus de tout cela, les apprenants découvrent des aspects culturels et peuvent développer leur esprit critique.

La cerise sur le gateau c’est de diffuser leurs podcasts sur une plateforme sur Internet. Ainsi, les apprenants peuvent les partager avec leurs proches et être fiers de leur travail. Et il y a de quoi être fier, ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve dans la peau d’un journaliste qui parle la langue cible !