Le participe présent simple et composé cours

Le Mont-Saint-Michel

Le participe présent =  -ant

 

On peut aussi utiliser le participe présent pour remplacer une proposition relative. L’utilisation du participe présent rend la phrase plus légère d’un point de vue stylistique.

Exemple avec un participe présent simple:

Ils cherchent un professeur qui sache le grec moderne.

La partie en vert est la proposition relative.

Même phrase avec un participe présent:

Ils cherchent un professeur sachant le grec moderne.

“sachant” est la forme au participe présent. Elle est toujours invariable.

Dans un contexte présent, on utilise le participe passé simple.

 

Le participe présent composé:

On utilise le participe présent composé dans un contexte passé.

être/ avoir au participe présent: -ant + participe passé

Les machines qui ont fabriqué tellement de produits sont en panne.

Les machines ayant fabriqué tellement de produits sont en panne.

 

 

Tableau récapitulatif des temps

tour copie 2

 

Vous avez du mal à vous rappeler des différentes formes des temps? Voici un tableau qui vous donne un exemple de phrase affirmative, négative et de question avec inversion dans les temps les plus utilisés en français.

 

Temps Phrases affirmatives Phrases négatives Questions avec inversion
Présent Il mange une pomme. Il ne mange pas de pomme. Mange-t-il une pomme ?

 

Futur proche Il va manger une pomme. Il ne va pas manger de pomme.

 

Va-t-il manger une pomme ?
Passé proche / récent Il vient de manger une pomme. Il ne vient pas de manger de pomme.

 

Vient-il de manger une pomme ?
Passé composé Il a mangé une pomme. Il n’a pas mangé de pomme.

 

A-t-il mangé une pomme ?
Imparfait Il mangeait une pomme. Il ne mangeait pas de pomme.

 

Mangeait-il une pomme ?
Plus-que-parfait Il avait mangé une pomme. Il n’avait pas mangé de pomme.

 

N’avait-il pas mangé une pomme ?
Futur Il mangera une pomme. Il ne mangera pas de pomme.

 

Mangera-t-il une pomme ?
Conditionnel présent Il mangerait une pomme. Il ne mangerait pas de pomme.

 

Mangerait-il une pomme ?
Conditionnel passé Il aurait mangé une pomme. Il n’aurait pas mangé de pomme.

 

Aurait-il mangé une pomme ?
Subjonctif présent Il faut qu’il mange une pomme. Il ne faut pas qu’il mange de pomme.

 

Faut-il qu’il mange une pomme ?
Subjonctif passé Je ne crois pas qu’il ait mangé une pomme. Je suis triste qu’il n’ait pas mangé de pomme.

 

Crois-tu qu’il ait mangé une pomme ?
Impératif Mange une pomme ! Ne mange pas de pomme !

 

 

/

 

L’infinitif passé cours

yellow-tower

 

L’infinitif passé exprime l’antériorité.

Après avoir acheté son billet d’avion sur Internet, il a préparé ses bagages et il est parti à l’autre bout du monde. (=After having bought his plane ticket online, he packed and went to the other side of the planet).

Il a regretté d’être venu à la fête. La musique n’était pas bonne et beaucoup trop forte. (I regret having been to this party. The music was not good and much too loud.)

 

Pour former un infinitif passé:

avoir/ être + participe passé

On place l’infinitif passé aux mêmes endroits qu’un infinitif quand on veut exprimer l’antériorité.

Exemple avec un infinitif:

Il regrette d’être si lent sur ce projet. (Le projet est toujours en cours).

Exemple avec un infinitif passé:

Il regrette d’avoir été si lent sur ce projet. (Le projet est terminé).

On peut aussi utiliser l’infinitif passé, quand plusieurs personnes sont incluses dans la phrase, mais il faut ajouter un pronom.

Nous espérons t’avoir trouvé un logement près de ton université.

Nous = sujet

t’ = pronom

Tous les conditionnels: synthèse

 

replique-la_guerre_des_boutons-01

 

Le conditionnel exprime une condition en « si », une hypothèse. Voici les différentes façons d’exprimer le conditionnel :

 

  • Pour les choses qui sont vraies en permanence :

 

Si je mélange du bleu et du jaune, j’obtiens du vert.

Si je mélange de l’huile et de l’eau, l’huile flotte sur l’eau.

 Dans les deux propositions, on utilise le présent (un présent de vérité générale).

 

  • Pour parler de choses possibles :

 

S’il pleut, je prendrai mon parapluie.

Si je réussis mon examen, j’irai passer un an en France.

Le temps utilisé dans la proposition en « si » est le présent. Dans ce cas, la proposition en « si » exprime la condition nécessaire pour que la partie exprimée dans la seconde proposition soit possible dans le futur.

Le temps de la seconde proposition est le futur.

 

  • Pour parler de choses qui ne sont pas réelles.

 

Si j’étais toi, je voyagerais beaucoup plus.

Si j’avais beaucoup d’argent, je vivrais en Bretagne.

 

Le temps utilisé dans la proposition en « si » est l’imparfait.

Le temps utilisé dans la seconde proposition est le conditionnel présent.

 

  • Pour exprimer un souhait de manière polie :

 

À la boulangerie : Bonjour Madame, je voudrais / j’aimerais une baguette pas trop cuite, s’il vous plaît.

 

Je voudrais (souhait) une grande maison au bord de la mer, elle serait (expression de l’irréel) bleue et les meubles y seraient (expression de l’irréel) blancs.

 

On utilise “vouloir” ou “aimer” au conditionnel présent pour exprimer un souhait de manière polie.

 

Un doute sur la conjugaison du conditionnel présent?

Le conditionnel présent cours

Le conditionnel passé :

 

  • Pour imaginer un passé différent :

 

Si j’avais eu (1) le temps d’étudier, j’aurais réussi (2) mon examen.

Si j’étais arrivé (1) à l’heure ce jour-là, j’aurais vu (2) Brad Pitt.

1= plus-que-parfait dans la proposition en « si »

2= conditionnel passé (avoir / être au conditionnel présent + le participe passé) dans la deuxième proposition.

On utilise cette structure pour parler de quelque chose qui n’a pas été réel dans le passé.

Attention :

On utilise être et avoir de la même façon que pour le passé composé (les verbes de la maison d’être + les verbes pronominaux).

Pensez à accorder le participe-passé quand il y a l’auxiliaire « être ».

 

  • Pour exprimer un regret :

Exemples : 

J’aurais voulu voyager davantage.

J’aurais aimé avoir une grande maison au bord de la mer.

 

J’aurais voulu (le conditionnel passé du verbe vouloir) + infinitif

J’aurais aimé (le conditionnel passé du verbe aimer) + infinitif

 

 

  • Pour exprimer une information passée qui n’a pas été confirmée :

 

Il y aurait eu 35 morts dont 2 Français lors de la dernière attaque en Turquie.

Le Président de la République aurait voyagé seul.

 

tour copie 2

Les conjonctions de condition

tour

A condition de + infinitif :

 

J’irai présenter mon prototype à Paris à condition d’être accepté par le salon.

 

A moins de + infinitif :

 

J’irai à Marseille pour les vacances à moins d’être empêché par une grève de train.

 

 

 

Sauf si + indicatif :

 

Je me présenterai à l’Université d’Oxford, sauf si mon dossier n’est pas assez bon.

Pourvu que + subjonctif :

 

Pourvu qu’il soit à l’heure, nous pourrons aller à la séance de 20 heures au cinéma du centre-ville.

 

A condition que + subjonctif :

 

Nous pourrons aller à la séance de 20 heures au cinéma du centre-ville, à condition qu’il soit à l’heure.

 

Pourvu que = à condition que (=provided)

 

A moins que + ne + subjonctif

 

Je pense qu’il est triste parce que sa femme l’a quitté, à moins qu’il ne souffre d’une dépression.

Le passé antérieur cours

paris-253922_960_720

On utilise le passé antérieur en littérature. Ce temps est toujours accompagné du passé simple. Il exprime une action qui s’est passé peu avant une action exprimée au passé simple. Il est souvent introduit par dès que, quand, lorsque, aussitôt que …

 

Avoir / être au passé simple + participe passé

Dès qu‘il eut terminé (passé antérieur) de regarder le documentaire, il alla (passé simple) se coucher.

Aussitôt qu‘il fut entré (passé antérieur) dans le château, il visita (passé simple) la salle à manger.

On utilise “être” et “avoir” de la même manière que pour le passé composé.

Rappel:

Conjugaison d'”avoir” au passé simple:

j’eus

tu eus

Il / elle eut

nous eûmes

vous eûtes

ils / elles eurent

Il y a un accent sur le “u” à la première et à la deuxième personne du pluriel (nous et vous).

Conjugaison d'”être” au passé simple:

je fus

tu fus

il / elle fut

nous fûmes

vous fûtes

ils / elles furent

Il y a un accent sur le “u” à la première et à la deuxième personne du pluriel (nous et vous).

Les temps du récit en littérature

9040471598_5ec811c11c_b

 

Les temps du récit sont tous des temps du passé.

 

 Imparfait

 

 Passé simple  Plus-que parfait  Passé antérieur
On utilise ce temps pour faire des descriptions et pour les actions longues, souvent interrompues par des actions courtes et soudaines.

 

Ex : Les oiseaux chantaient (imparfait) et le soleil brillait (imparfait) quand il arriva (passé simple) au château.

On utilise ce temps pour les actions courtes, ponctuelles et uniques.

On utilise également ce temps pour décrire une série d’actions ponctuelles.

 

Ex : Pierre entra (passé simple) dans la maison et trouva (passé simple) des dattes sur la table, il en mangea (passé simple) une et s’allongea (passé simple) pour se reposer un peu.

On utilise ce temps pour les actions qui se sont passées avant le récit.

 

Ex : Pierre finit (passé simple) de regarder le documentaire qu’il avait commencé (plus-que-parfait) à regarder deux heures auparavant.

On utilise ce temps quand il y a un passé simple dans la même phrase. Il exprime une action qui se passe peu avant l’action du récit (passé simple). Il est souvent introduit par les expressions suivantes : dès que, lorsque, quand, aussitôt que…

 

Ex :Dès qu’il eut terminé (passé antérieur) la barquette de fraises, il commença (passé simple) à manger les chocolats de la boîte en forme de cœur.

1 2 3 12