Pourquoi et comment utiliser un blog pédagogique en FLE / FOS?

tour copie 2

 

Vous êtes enseignant et vous ne vous êtes pas encore jeté à l’eau pour créer un blog pédagogique? Voici quelques utilisations qui pourront peut-être vous convaincre de devenir un enseignant-concepteur, comme je le suis devenue grâce au site que vous êtes en train de consulter: http://califrenchlife.com/

 

Pour enrichir la séance en présentiel:

Tout d’abord, un blog pédagogique peut être utilisé pour enrichir la séance en présentiel. Le site peut être un outil d’enseignement précieux. Il peut être omniprésent pendant les séances pour faire un rappel de fait de langue ou pour fournir une activité supplémentaire si la fixation du fait de langue se fait difficilement. A ce moment-là, on peut parler de présentiel enrichi, selon F. Mangenot et E. Louveau.

 

A distance: pour combler les lacunes ou pratiquer davantage.

Le blog pédagogique peut également être un outil de travail complémentaire pour l’enseignant-concepteur et l’apprenant. La méthode de langue est principalement utilisée en présentiel et le blog peut être utilisé en distanciel par l’apprenant pendant son temps libre et à son rythme. Les supports sont créés par le formateur-concepteur lui-même selon les besoins des apprenants après des évaluations diagnostiques et / ou formatives ou après avoir observé les difficultés spécifiques des apprenants pendant les séances. Le blog peut, par exemple, être utilisé pour les devoirs. On peut créer des activités personnalisées pour être sûr de combler les lacunes observées pendant la formation en présentiel. Dans ce cas, le blog est utilisé comme un prolongement de la séance. Il est primordial de montrer aux apprenants comment se servir du site et comment trouver les éléments qu’ils recherchent. Cela leur permet de se familiariser avec ce complément pédagogique et de l’utiliser sans réticence et plus spontanément quand ils sont chez eux. Le fait d’avoir été guidés vers certains billets est essentiel pour les apprenants qui n’osent pas prendre d’initiative quant à leur apprentissage.

 

Pour l’auto-apprentissage:

Le site peut aussi être utilisé pour l’auto-apprentissage et / ou pour être en contact avec la langue et la culture françaises. Ainsi, ils peuvent s’arrêter sur les billets qui les intéressent particulièrement, prendre le temps qui leur est nécessaire et prendre du plaisir à faire une activité qu’ils ont choisi eux-mêmes. La notion de plaisir est fondamentale pour attiser la motivation. La partie grammaire rassemble les faits de langue les plus importants. Les apprenants qui ont suivi la séance peuvent relire la théorie et reconnaîtront les mots et la logique utilisés par leur enseignant pendant le cours.

 

Le blog, “filet” pour les absents:

Le blog est également une ressource centralisée qui a un rôle « de filet » pour les apprenants qui ont manqué des cours. Ainsi, ils peuvent essayer de rattraper les cours qu’ils ont manqué en toute autonomie, sans déranger l’enseignant dans son programme et sans perturber les autres apprenants du groupe. Selon les étudiants, le blog peut ne pas être suffisant pour rattraper le cours, mais les absents ont au moins une chance de mieux comprendre ce qui a été traité pendant les séances précédentes.

 

Une formation sur mesure:

Le blog permet véritablement de faire une formation sur mesure avec des supports pédagogiques récents, qui correspondent totalement aux intérêts et au niveau des apprenants.

 

Un outil pour les formations hybrides:

Un blog pédagogique peut également convenir à des formations hybrides, dont le programme a été volontairement conçu en présentiel et en distanciel. Les activités basées sur des documents authentiques peuvent être utilisées pour atteindre les objectifs pédagogiques d’un programme en distanciel. La plateforme est un complément, une ressource centralisée auxquels les apprenants peuvent se référer. Ils peuvent même y communiquer facilement avec leur enseignant et y soumettre des travaux écrits directement.

Le tutorat de l’enseignant-concepteur est essentiel dans le cadre d’une formation en FLE ou en FOS. L’apprenant doit être en mesure de poser des questions via le blog et doit se sentir accompagné et encouragé pour attiser sa motivation. Donc un guidage pour bien utiliser le site, la correction rapide des productions écrites, un retour sur les activités faites, des explications supplémentaires quand elles sont nécessaires sont des services interactifs qu’il ne faut pas négliger en particulier quand les séances en présentiel sont courte et/ ou n’ont lieu qu’une fois par semaine. Ce n’est pas suffisant pour traiter tous les sujets, accompagner les apprenants comme il le faudrait et mettre l’apprenant dans une ambiance francophone propice à sa motivation.

S’il n’y a pas du tout de tutorat, les apprenants peuvent facilement ne pas trouver le temps de surfer sur la plateforme et peuvent même « oublier » qu’ils font une formation linguistique et culturelle en français pendant la semaine!

 

Le blog pédagogique est, par conséquent, un gain de temps et un renfort pour l’apprentissage des apprenants . De plus, il facilite le rattrapage des cours et il permet aux apprenants de se référencer à un cours théorique claire, de faire des activités variées en toute autonomie, d’être en contact avec la langue et la culture françaises et de faciliter les cours à distance parce que tous les documents sont sur le même site internet, donc facile d’accès à toute heure du jour et de la nuit!

Créer un blog pédagogique est un travail de longue haleine. Mais en utiliser un peut révolutionner votre manière d’enseigner et améliorer la qualité de vos cours. De plus, chaque production peut vous procurer un sentiment de satisfaction qui peut être multiplié par 100 quand vous vous rendez compte qu’elle a été utile pour vos apprenants.

 

Les moyens de transport d’une culture francophone à l’autre

Pour changer un peu, voici une fiche pédagogique exploitable par un enseignant pour aborder l’interculturalité à travers le thème du transport dans la francophonie.

Séance :  Les transports

Public : B1

Objectif général

 

 

Comparer les transports typiques dans différents pays.
Objectifs linguistiques

 

 

–               Lexique du transport

–               Lexique d’une entreprise de transport sur Internet

–               Le présent (rappel)

Objectifs communicatifs –               Émettre des hypothèses sur les documents et leur sens.

–               Comprendre une vidéo sur une entreprise de transport sur Internet

–               Déduire du vocabulaire à partir d’un contexte.

Objectifs culturels

 

 

– Sensibiliser aux différents types de transport dans différents pays

– Comparer (similitudes/différences) les moyens de transport avec le fonctionnement des transports du pays de l’apprenant

– Découvrir des moyens de transport dans d’autres pays de la francophonie.

Activités langagières

 

 

*compréhension écrite

*production orale (via des activités de compréhension variées)

*production écrite

 

Tâche

 

 

Mise en route

Observation et analyse d’image.

Evaluation

 

Production écrite + tâche finale

 

Tâche finale

 

 

 

  • Production écrite :

Pourquoi ces deux types de transport de deux pays différents de la francophonie vous ont-ils été présentés?

Y a-t-il des points communs et/ou des différences concernant le thème du transport dans votre pays ? Lesquels ?

  • Faites un exposé sur une particularité sur ce thème.

 

 

Corpus :

  • Transport en commun au Sénégal :

téléchargement (8)

  • Source : Le Figaro, le 02/05/2017 (Photo au début de l’article et vidéo en fin d’article)

http://www.lefigaro.fr/societes/2017/05/02/20005-20170502ARTFIG00141-blablacar-s-attaque-aux-trajets-quotidiens-entre-domicile-et-travail.php

 

Mise en route :

En regardant la photo 1), pouvez-vous deviner quel thème va être développé pendant la séance ?

 

Document 1 :

Compréhension globale :

Observer la photo :

Quelles sont les particularités de ce transport en commun? Quel en est son fonctionnement? (Vous pouvez faire des recherches sur Internet).

 

Compréhension détaillée :

Document 2 :

Regardez cette photo :

Où sont ces personnes?

A votre avis, quel est leur lien?

A votre avis, de quoi s’agit-il?

Vérifions vos hypothèses en regardant cette vidéo située en bas de l’article du lien suivant : http://www.lefigaro.fr/societes/2017/05/02/20005-20170502ARTFIG00141-blablacar-s-attaque-aux-trajets-quotidiens-entre-domicile-et-travail.php

 

Compréhension globale :

  • Vérifiez les réponses que vous avez donnés dans l’activité précédentes et corrigez / modifiez-les avec un stylo d’une autre couleur, si nécessaire.
  • Comment s’appelle l’entreprise présentée ?
  • Quand et comment a-t-elle vu le jour ?
  • Quelle est l’origine de cette entreprise ?

 

Compréhension détaillée :

Vrai ou faux ? Justifiez et corrigez les éléments erronés.

Les gens qui voyagent ensemble n’aiment pas voyager seuls.

Les personnes qui participent au voyage ne participent pas aux frais d’essence.

L’entreprise Blablacar a connu une forte croissance en 7 ans.

L’entreprise est présente sur 3 continents et les employés représentent 35 nationalités.

Blablacar est une licorne, c’est à dire que c’est une entreprise qui pèse plus d’un milliard de dollars.

L’entreprise a prévu de se développer au Brésil et en Australie.

 

Repérage et conceptualisation :

Vocabulaire d’une entreprise de transport sur Internet.

Quel est le sens des mots soulignés ?

Son entreprise est désormais considérée comme une licorne.

C’est sur Internet que les entrepreneurs français doivent aller chercher la croissance.

On a tout pour prendre la vague du numérique.

Une opportunité que Blablacar veut continuer de saisir en se déployant (se déployer) prochainement au Brésil ou encore en Indonésie.

 

PRODUCTION ECRITE :  

Pourquoi ces deux types de transport de deux pays différents de la francophonie vous ont-ils été présentés ?

Y a-t-il des points communs et/ou des différences concernant le thème du transport dans votre pays ? Lesquels ?

 

Prolongement possible:

Faites un exposé sur une particularité sur ce thème dans votre pays.

How to use the Internet in a relevant way in a language class?

internet-and-multimedia-sharing

The Internet is a rich resource which is part of the everyday life of students. Only using books and CD’s is obsolete. Language teachers should follow the news, the trends, and offer various innovative and motivating activities made from documents that they find on relevant websites. It allows the students to reinforce their learning and their motivation to learn a foreign language and a new culture. Here are some suggestions about how to use the Internet in a language class.

The Internet, a limitless source of authentic documents.

An authentic document is a document which was conceived for the native speakers and which is in the language that the students are learning. This type of documents is very motivating because they link the learning of a language to the real world. These documents are the best friends of the language teachers because they are various: images, commercials, videos. The choice of the documents will depend on your instructional goal but also on the level and the interests of the students. Studying important themes for native speakers is crucial so that the students can understand the challenges and the concerns of a foreign society. It’s a good way of discovering multiculturalism and of becoming a citizen of the world.

It’s possible to study all the subjects thanks to resources from the Internet. You can use the document as it is or you can adapt it to the level of your students. You can shorten it, you can use the video without the sound, students can imagine dialogues…

Taking part in the social web:

The social web is an excellent tool to allow students to practice their language skills being mixed with native speakers. For instance, if they comment on an article on the website of a famous newspaper or write about their own experiences on some specific websites, they will be participants in the culture they’re discovering. What a reward to be able to do that!

Using a blog:

A lot of teachers already have their own blog for their students. One of the relevant goals of such a tool if the customization of your class to the level, difficulties, and interests of your students.

A blog can have various tabs. One can be about theory. A clear written article about a point that you studied in class can reassure students and reinforce their learning. Another tab can be dedicated to the content made by your students…

A blog can also be a device for other teachers at your school and more interestingly, for teachers from schools in other countries. It can be the channel for intercultural exchange.

A blog is a tool that you build slowly but which will have positive consequences on the results and on the motivation of your students. Besides, you will be able to use some of its content with other students for years.

Switch roles!

Thanks to the Internet, students can become teachers and teachers can become students. In other words, you can ask your students to research information to introduce a cultural theme, for example. They prepare a written or an oral presentation about a monument, a city, a tradition… When the facts and the quality of the language are checked, they can continue working on the theme making a podcast, a video, or an article for your blog…

Let’s protect the planet!

While you use the Internet for your teaching, you save trees! Indeed, you don’t need to print and copy anything. As long as the students know where they can find the content of the class, they will find everything with their laptop. Being paperless is much more practical and so much better for our planet!

The internet can and must revolutionize language classes. Living languages must be lived by the students and not only learnt. Students will feel more involved when they are active and feel like part of the culture they’re learning. Learning a foreign language is also becoming a citizen of the world and the Internet is the perfect tool to make the world your village.

Comment utiliser Internet de manière pertinente en classe de FLE ?

internet-and-multimedia-sharing

Internet est une ressource riche qui fait partie du quotidien des apprenants. Il est fondamental de vivre avec son temps, en particulier dans l’apprentissage des langues. L’époque des cassettes, des CD et des DVD est bel et bien derrière nous. Il faut que les enseignants choisissent des supports consultables par tous, à tout moment, via les ordinateurs et les smartphones. Il est essentiel de suivre l’actualité et de proposer des activités variées et innovantes à partir de supports trouvés sur Internet. Cela permet de renforcer l’apprentissage et surtout de motiver l’apprenant. Mais comment utiliser Internet de manière pertinente en classe ? Voici quelques suggestions.

 

Internet, une source inépuisable de documents authentiques.

Internet est le meilleur ami de l’enseignant pour exploiter des supports variés : documents iconographiques, publicités, reportages courts, podcasts et toutes sortes de vidéo avec ou sans le son… Le choix des documents est le résultat de la prise en considération du profil et des intérêts des apprenants. Internet est sans cesse en mouvement, tout comme la société, tout comme la vie des apprenants. C’est cette mouvance perpétuelle qui doit s’inscrire dans une classe de langue vivante. Etudier des sujets incontournables pour les natifs peut être intéressant pour que ces derniers soient mieux compris par les apprenants. Des activités pour sensibiliser à l’interculturalité peuvent émaner de certains supports. L’apprenant ne doit plus se sentir « apprenant » mais un citoyen du monde.

Il est possible de traiter absolument tous les sujets avec des ressources d’Internet. On peut les utiliser bruts ou les adapter selon les besoins et le niveau du groupe classe. Par exemple, si vous voulez travailler les directions, vous pouvez utiliser les sites de cartographie. Si vous voulez travailler les heures, vous trouverez, sans aucun problème, les horaires d’un train ou d’un bus dans la ville de votre choix. C’est justement parce qu’Internet n’a pas de frontière que ses ressources sont richissimes pour faire “voyager” et faire étudier tous les pays francophones. Vous pouvez, par exemple, faire travailler les directions à Sally, ville touristique au Sénégal ou faire étudier les horaires d’une ligne de bus à Montréal. Ainsi, les apprenants peuvent bien avoir conscience de la diversité culturelle et géographique de la langue française.

Participer au web social :

Le web social est un excellent outil pour permettre aux apprenants de pratiquer la langue cible tout en se fondant dans la masse des natifs et c’est justement l’un des buts de leur apprentissage. Par exemple, s’ils mettent un commentaire sous un article sur le site d’un journal ou s’ils parlent de leur propre expérience pour contribuer à certains sites, ils ne sont plus des apprenants mais bel et bien des citoyens actifs qui n’ont pas peur d’utiliser la langue cible sur des sites lus par les natifs. Quelle performance et quelle fierté pour les étudiants qui ont réussi à contribuer de manière pertinente sur un site francophone connu mondialement !

Utiliser un blog pédagogique :

De nombreux enseignants ont déjà sauté le pas et ont crée leur propre blog pédagogique. Le but est de créer une plateforme qui réponde le plus que possible aux besoins et aux demandes des apprenants.

Un blog pédagogique peut avoir plusieurs onglets. Par exemple, il peut rassembler les éléments qui constituent les séances. Ça rassure les apprenants qui savent vers quel site aller quand ils ont un doute sur un point étudié. Le fait que ce soit leur professeur qui a rédigé le cours permet une meilleure compréhension. En effet, l’enseignant utilisera sur Internet les mêmes termes et peut-être les mêmes exemples que pendant la séance. Une référence écrite a tendance à renforcer l’apprentissage.

Par ailleurs, un blog pédagogique peut être une plateforme d’échanges entre l’enseignant et les apprenants, entre deux classes situées dans des pays différents, entre plusieurs professeurs de langue… Le ou les modérateurs doivent, bien sûr, s’assurer de la pertinence des contenus proposés.

Un blog est un outil qui se construit petit à petit. Le contenu y est conservé, peut y être mis à jour en quelques clics et il permet à l’enseignant de gagner du temps sur les parties théoriques. En revanche, il y aura toujours un effort de recherches de supports récents sur Internet pour éviter le côté obsolète que l’on trouve souvent dans les méthodes sous forme de livres, même si beaucoup d’entre elles essaient d’être a temporelles.

La classe inversée :

Internet peut être un outil intéressant dans le contexte d’une classe inversée. Ce sont les apprenants qui, chez eux, font les recherches sur un sujet donné pour, par la suite, « donner un cours » au groupe. C’est bien sûr, à l’enseignant de valider ce qui a été enseigné. Par exemple, ils peuvent faire des recherches sur une région, la Francophonie, des monuments, des célébrités… Ainsi, ils découvrent sur Internet des éléments qu’ils devront formuler en langue cible. Le résultat de ces recherches, une fois vérifiées, peut prendre plusieurs formes : article, vidéo, podcast… Toutes ces productions pourront être publiées et mises en valeur sur le blog pédagogique de la classe, par exemple. Tous ces supports vidéo, sonores et en ligne nous permettent d’observer une dématérialisation de la classe de langue.

Un geste pour l’environnement !

L’utilisation d’Internet, quand l’enseignant a un tableau numérique, projette ses supports ou branche son ordinateur à une télévision, permet d’économiser de nombreuses photocopies. En effet, si les apprenants ont la possibilité de retrouver les liens utilisés, ils n’ont plus besoin de support papier.

 

Internet peut et doit révolutionner la classe de langue. Le français est une langue vivante, on ne peut plus se permettre d’ignorer le monde extérieur et de s’enfermer uniquement dans des méthodes sous forme de manuels. La variété des supports, le sur-mesure et l’action doivent être les maîtres-mots pour permettre à l’apprenant de se sentir actif dans son apprentissage et citoyen du monde.

 

Pourquoi faire des podcasts ou en faire faire pour enseigner les langues étrangères ?

Onair

Vous avez certainement déjà utilisé les podcasts de certaines radios pour entraîner vos apprenants à la compréhension orale. Mais pourquoi faire ou faire faire des podcasts pour enseigner les langues étrangères ?

En tant qu’enseignant, pourquoi faire des podcasts ?

Les activités de compréhension orale sont souvent impressionnantes et stressantes pour les apprenants. Ces derniers ont tendance à être déstabilisés par l’exercice lui-même: un nombre très limité d’écoutes, un nouveau sujet, de nouvelles expressions, une ou plusieurs nouvelle(s) voix, des débits différents et peut-être même un ou des accent(s) différent(s). Tant de nouveautés ajoutés au manque de confiance en soi font de cet exercice nécessaire une épreuve éprouvante pour certains.

La solution pour résoudre ce problème sur le court terme est la production de podcasts par l’enseignant. Il peut choisir un sujet culturel, par exemple, le développer à l’écrit et s’enregistrer avec son smartphone. Pour cela, la simple application “dictaphone” suffit, mais s’il veut faire quelque chose de sophistiqué, il peut utiliser Garage Band sur son Mac ou Audacity sur son PC.

Une fois le podcast enregistré, il peut créer une série d’activités. Pour faire une séquence complète, il est préférable de respecter les trois parties suivantes: anticipation, compréhension globale et compréhension détaillée. S’il veut en profiter pour faire travailler d’autres compétences, il peut, par exemple, faire repérer un fait de langue, créer un exercice de systématisation et terminer le tout par une activité de production orale ou écrite dans laquelle, bien sûr, il y aurait à pratiquer le fait de langue étudié.

S’il le souhaite, ses podcasts peuvent être diffusés sur un Soundcloud, sur son blog pédagogique ou sur des plateformes d’audioblog comme Arte Radio ou RFI Savoirs.

Le fait que ce soit une production personnelle va forcément attirer l’attention de l’apprenant, de plus, la voix du professeur va le rassurer. En effet, il y est habitué et ne sera pas trop déstabilisé par son débit. Seuls les expressions et le thème seront neufs mais l’apprenant vivra mieux l’exercice.

Cette production par l’enseignant lui-même ne peut être que temporaire, en effet, son but est de rassurer au maximum l’apprenant avant qu’il fasse le grand saut vers d’autres podcasts authentiques.

L’enseignant peut également se servir de podcasts pour lire des textes étudiés en cours. Le podcast peut servir d’exemple pour la prononciation, en particulier si la lecture ne se fait pas trop rapidement et si le professeur articule. Au début de son apprentissage, l’apprenant a besoin de comprendre les règles de prononciation, de les entendre appliquées et d’écouter la langue cible pour améliorer sa propre prononciation et se sentir à l’aise avec ses nouveaux phonèmes.

Quand il est plus à l’aise, l’apprenant peut commencer à produire ses propres podcasts.

Pourquoi et comment faire faire des podcasts ?

Faire faire des podcasts est un excellent moyen de rendre l’apprenant vraiment actif dans son apprentissage et ce, à tous les niveaux. C’est à l’enseignant d’adapter les consignes au niveau des apprenants.

L’approche basique:

L’enseignant propose des sujets (culturels, par exemple) et l’apprenant fait les recherches nécessaires, rédige un texte et après correction écrite et orale, l’enregistre.

L’approche sophistiquée:

Des apprenants peuvent travailler ensemble et copier des émissions audios. Ils peuvent par exemple faire des interviews, des jeux, des documentaires, des micro-trottoirs. Les jeux de rôles sont les bienvenues pour rendre l’activité ludique.

La création de podcasts permet de faire travailler plusieurs compétences en même temps: la compréhension écrite (au moment des recherches), la compréhension orale (si leurs sources sont des documents audios), la production écrite (au moment de la rédaction du script) et la production orale (au moment de l’enregistrement). Et en plus de tout cela, les apprenants découvrent des aspects culturels et peuvent développer leur esprit critique.

La cerise sur le gateau c’est de diffuser leurs podcasts sur une plateforme sur Internet. Ainsi, les apprenants peuvent les partager avec leurs proches et être fiers de leur travail. Et il y a de quoi être fier, ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve dans la peau d’un journaliste qui parle la langue cible !

Pourquoi les professeurs de FLE (français langue étrangère) sont-ils essentiels et devraient être plus valorisés ?

school-teacher-148135_960_720

 

Un professeur de FLE est une personne qui enseigne la langue française aux étrangers. Elle peut être en poste dans un pays francophone ou dans le reste du monde.

 

Le rôle du professeur de FLE en France :

 

En France, le professeur de FLE qui travaille en milieu scolaire, a des groupes d’étrangers qui essaient de mieux maîtriser la langue française afin de mieux réussir leurs études et de mieux s’intégrer dans la société de leur pays d’adoption. Dans ce cas, le professeur de FLE est davantage un professeur de FLS (français langue seconde).

 

Le professeur de français est également indispensable pour tous les individus qui s’installent en France de manière temporaire ou non. Grâce à son enseignement, il aide de nombreuses personnes à avoir une vie meilleure dans les domaines personnel et professionnel.

 

Par ailleurs, il a un rôle clé quand il enseigne dans les entreprises. Comme le français est la seule langue officielle en France, les employés et les cadres de filiales étrangères doivent apprendre le français, non seulement pour communiquer avec les employés recrutés localement mais également pour mieux comprendre la culture de la société dans laquelle ils se sont implantés.  Mieux connaître la langue et la société du pays dans lequel on travaille a inéluctablement un impact positif sur la productivité, les ventes et le chiffre d’affaire de l’entreprise. En outre, une entreprise qui fonctionne bien, crée des emplois et donne du travail à de nombreux Français. Quand il est en entreprise, le professeur de français est souvent un professeur de FOS (français sur objectifs spécifiques), c’est à dire qu’il fait des audits des besoins et fait de nombreuses recherches sur l’entreprise et les postes des employés qui ont besoin de cours de français. Quand il a recueilli toutes les informations nécessaires, il doit créer un programme sur mesure et crée ses propres documents pédagogiques pour donner l’enseignement le plus spécifique et le plus efficace en peu de temps, parce que dans le monde de l’entreprise : le temps, c’est de l’argent.

 

Le rôle du professeur de FLE à l’étranger :

 

Il enseigne la langue française et la culture francophone à la population locale qui rêve de parler la langue de Molière et de découvrir les secrets de la vie « à la française ». Il enseigne dans les écoles, les universités, dans les écoles de langues … Son but : contribuer au rayonnement de la langue française et des cultures francophones. Il contribue indirectement à l’économie parce qu’il a su motiver des touristes, des étudiants et des passionnés de la langue française à passer du temps au pays du petit pain au chocolat ou dans un autre pays de la Francophonie.

Le professeur de FLE à l’étranger fait littéralement vivre la France et le français en-dehors de ses frontières.

Quand il enseigne en entreprise, l’enseignant à l’étranger fait les mêmes démarches que le professeur de FOS en France mais les raisons pour lesquelles il le fait, sont un peu différentes. En effet, comme son enseignement facilite la communication avec les Français et leur compréhension, le professeur de français devient un « facilitateur de business » avec les entreprises françaises qui s’ouvrent vers l’international.

 

Le professeur de FLE, un professionnel qui a de nombreuses qualités :

 

En plus d’être qualifié, le professeur de FLE est un passionné de communication, qui a soit suivi un cursus universitaire en lettres soit un cursus en langue(s) étrangère(s). Il est ouvert d’esprit. Il a souvent eu une ou plusieurs expérience(s) à l’étranger ; par conséquent, il a d’excellentes capacités d’adaptation, une culture générale riche et a fait lui-même l’apprentissage d’une ou plusieurs langues étrangères. Il est donc particulièrement bien placé pour comprendre le défi que représente son travail.

Il est un fin linguiste, capable d’expliquer la nature et le fonctionnement de chaque élément qui compose une phrase. En outre, il doit également être capable d’analyser la littérature et de l’expliquer de manière appropriée à un public allophone qui a d’autres références culturelles.

Pour faire son travail correctement, il doit maîtriser son environnement pour ne pas faire de faux pas et créer un climat de confiance. Il doit être dynamique, observateur, logique, patient, créatif et faire preuve d’empathie.

 

Et pourtant, actuellement, les professeurs de FLE ont souvent des postes précaires et les employeurs ont tendance à banaliser leur métier et à les sous-payer alors qu’ils sont souvent titulaires d’un master. La promotion de la langue française et des cultures francophones en France et dans le monde ne mériterait-elle pas une place de premier choix ?

 

Why are exposure to foreign cultures and the learning of languages essential for tolerance?

3575000735_6ba08467d9_b

Learning a language is much more than learning grammar rules and vocabulary. Not only does the learning of a foreign language allow you to communicate with native speakers (it is already magic!), but moreover, it allows you to discover a different culture and to become somebody else because the goal is to make efforts to integrate a new community and to respect its traditions.

Language teachers are exploiting multiculturalism more and more, it is essential to understand your own culture better and notice the differences and common points with the targeted culture to adapt your gestures to the rituals of a community. This approach prevents you from making faux-pas and unconsciously teaches you respect because you want to be accepted by the members of this community.

Trying to integrate into a community can be done in your own country without having learnt a foreign language before. For instance, if you’re invited to a party at friends’ who have another nationality and culture, you will tend to taste the traditional dishes, to listen to some music in a foreign language, and to follow some important traditions for the host community. Consequently, this event is an opportunity to live a rich cultural experience which will create a strong link between you and this culture that you could discover sharing good moments.

Traveling is another means of having cultural and linguistic experiences. You discover a new environment, the local population, you can hear the language of the country, and you try to understand what is written around you. Day after day, you adapt to a new rhythm, a new way of living some situations and, with time, you learn how to integrate into a new community. For example, first, you try to have information about the tip you should leave in a café or in a restaurant and you want to know if it’s necessary to cancel your tickets before taking the train… When you have understood these things, you will feel more and more comfortable where you are and if you speak the language of the country and can make friends there, you will even have the feeling that you’re a citizen of this country!

This feeling can be accentuated if you master its language and its phrases. When you understand the working of the society, the interests, the worries of the population, and when your native friends almost forget that you’re not one of their compatriots and don’t need to make efforts to communicate with you.

There are different ways of traveling. Some people go to foreign countries to stay in a hotel. These people don’t have real contact with the local population and can only have a limited and stereotyped view of their holiday destination.

Being willing to go towards others and having empathy are essential to have a successful experience abroad. Contact with the population changes your vision of the country, of the world, and allows you to have another point of view about your own country and to become more open-minded.

Open-mindedness can be difficult to live when you go back to your home country. You may remember the reaction of Xavier, in the movie L’Auberge Espagnole, when he goes back to Paris after an Erasmus exchange in Barcelona. He realizes that he has evolved while the people he meets have stayed in their comfort zone and have not lived a strong international experience.

Why do some people go towards the others and want to learn from them while other people do not take any risk and only stay with their own community?

Education and the learning of empathy at an early stage of life can be responses to this question. Indeed, differences can sometimes be frightening but it’s important to learn how to tame them.

The motto of the EU is United in Diversity, a real tolerance lesson! One of the goals of the EU is the learning of two foreign languages (minimum) by all its citizens and there are many programs to study and work abroad. Everybody knows the current problems of the EU but these diversity measures could be really good if they were applied by most of its citizens. Of course, the ideal would be that everyone in the world could live a maximum of international experiences in their life to become more open-minded and tolerant.

As a conclusion, being with different communities, traveling, and learning foreign languages are key-elements to create respect for others and to understand that communicating can bring a fundamental value. An education turned toward others, exchanges, and the learning of languages and cultures could diminish some current worldwide issues like racism, xenophobia, conflicts between communities, and even some wars.

It is by understanding others that we can discuss and have a chance to neutralize tensions. It is by taming the differences that we can imagine a more peaceful future.

 

1 2