La célébration du Beaujolais nouveau

 

unnamed (5)

Les Français attendent le troisième jeudi du mois de novembre pour déguster le Beaujolais nouveau, un jeune vin rouge aux éclats violets, autorisé à être vendu juste après sa vinification.

Le Beaujolais est une appellation contrôlée. Le vin est originaire d’une zone géographique située entre Macon et L’Arbrésie, dans le nord ouest de Lyon.

La sortie mondiale du Beaujolais nouveau est une occasion pour les Français de se réunir pour une soirée conviviale, à la bonne franquette, où du saucisson, des châtaignes et le fameux Beaujolais nouveau sont servis.

Le Beaujolais nouveau, comme il est jeune, a souvent un goût différent. Il est très fruité. Certaines personnes disent qu’il a un goût de banane ou de kiwi.

Voilà une autre occasion pour les Français de faire la fête et c’est bien agréable quand, à cette période de l’année, un froid hivernal commence à envahir l’Hexagone.

 

Explication des mots en bleu:

à la bonne franquette = en toute simplicité

l’Hexagone = le surnom pour désigner la France (référence à la forme géométrique du pays)

 

How to write a text in French when you’re a beginner?

pen-1300588_960_720

A lot of beginners think that writing a text in French is difficult.

Here are some pieces of advice to feel more comfortable when you have to write a text in French :

  • First, think in French. Forget your mother tongue. During this exercise, your native language is source of interference and mistakes.
  • Before writing, you should know what to write. Consequently, thinking of the content of your text is essential. Work with drafts and use as many sheets as you need. Make a brainstorming and write your ideas using short sentences or keywords in French.
  • Then, organize your ideas. Your development can be chronological or thematic. Your choice will depend on the type of subject you have to develop.
  • Begin to write your text.
  • Simplify your ideas, use the vocabulary that you know and think of mobilizing your knowledge in grammar.
  • In order to write a coherent text, use linking words : tout d’abord, ensuite, puis, finalement…
  • If you don’t know a word in French, it’s not the end of the world. Try to give a definition of this word. Look it up in the dictionary only when you really can’t find another way of expressing yourself.
  • When you use a dictionary, try to read all the suggestions to choose the right context. Avoid automatic translators, they often choose the context for you and the result is often mediocre.
  • When you have finished writing your text, take the time to read it two or three times. Question yourself about the use of the tenses, the prepositions, the order of the words in your sentences… You will be surprised by the number of mistakes you can avoid just by reading your text again.

After the writing, you can be proud of yourself because you were able to think and write in a foreign language. Bravo!

Ecrire un texte structuré

write-29484_960_720

Quand on vous demande de développer un sujet lors d’un examen de langue ou autres, il est impératif de suivre quelques règles de rédaction pour faire un texte cohérent, convaincant et de qualité pour votre / vos lecteur(s).

Dans un premier temps, il est conseillé de bien lire la question posée pour éviter un hors-sujet. Souligner les mots-clés et les verbes peut vous aider à mieux comprendre ce qui vous est demandé.

Un texte structuré est composé d’une introduction, de deux ou trois grandes parties développées et d’une conclusion.

la longueur de chaque étape dépend de la longueur imposée.

 

L’introduction :

Il y a 3 étapes à suivre:

  • Annoncer le sujet en le situant dans un contexte général.

De nos jours, ….

  • Annoncer la problématique c’est à dire la question à laquelle vous allez répondre tout au long de votre rédaction. Vous pouvez poser directement la question ou vous pouvez utiliser: “On pourrait se demander…”
  • Annoncer le plan. Celui-ci est généralement composé de deux ou trois parties développées. Chaque partie représente un argument principal.

L’introduction est cruciale parce qu’elle donne la première impression au lecteur.

 

Le développement:

Il est composé de deux ou trois grandes parties. Il est nécessaire de voir une progression dans votre réflexion. Commencez par l’argument le moins important Le plus général et finissez par l’argument qui a le plus de poids pour tenir votre lecteur en haleine.

Il existe différents types de plans:

  • le plan: thèse / antithèse / synthèse
  • Le plan thématique (du thème le plus général au thème le plus particulier)

Vous pouvez écrire jusqu’à deux ou trois sous-parties par grande partie. Chacune d’entre elles doit être illustrées par un ou des exemples concrets ou des références littéraires ou cinématographiques.

Vos idées doivent être pertinentes, claires et convaincantes.

Chaque partie est suivie d’une brève transition qui guide le lecteur vers la partie suivante.

La présentation est essentielle donc chaque partie doit bien être séparée de la suivante.

 

La conclusion :

La conclusion est l’aboutissement de votre réflexion. C’est le moment de répondre directement à la problématique posée dans l’introduction. Pour finir, vous pouvez poser une autre question pour inviter le lecteur à prolonger sa réflexion.

 

La relecture:

Relire plusieurs fois est fondamental. Vérifiez bien l’ordre des mots dans chaque phrase, évitez les répétitions et vérifiez l’orthographe et la grammaire.

Si vous passez un examen écrit pendant lequel vous devez écrire à la main, pensez à demander autant de feuilles que nécessaire et utilisez un stylo que l’on peut effacer.

 

Les points à vérifier:

  • La rédaction du point de vue est bien argumenté et cohérent dans sa construction.
  • Votre texte répond bien à la question posée dans l’introduction (la problématique)
  • Les différentes étapes expliquées ci-dessus ont bien été respectées.
  • Vous avez choisi des exemples et des références adaptés et précis.
  • Vous avez utilisé des mots de liaison.
  • La présentation est claire verbalement et sur le papier. Le lecteur doit vraiment bien comprendre chaque étape de votre réflexion. Il doit être capable de le faire rien qu’en voyant la présentation de votre travail.
  • Vous avez respecté la longueur imposée.

Ce qu’il faut éviter:

  • Une réponse sans composition ni progression
  • Une réponse sans prise de position
  • Un texte trop court / trop long.
  • Le hors-sujet

 

Réflexes à avoir lors d’un examen écrit :

Comme le temps est compté, il est important de bien le gérer.

Quand vous avez compris le sujet, faites une “feuille de route” qui contient la structure de votre réflexion sur un recto de brouillon. Ecrivez des phrases courtes et des mots-clés. Ne rédigez pas la totalité de votre texte au brouillon, vous n’aurez pas le temps de le recopier au propre avant la fin de l’épreuve.

Voici un exemple de feuille de route:

Introduction :

 

 

 

1ère partie :

Transition :

 

 

2ème partie :

Conclusion :

 

 

 

Rappel sur les mots de liaison:

Les mots de liaison cours

Le participe présent simple et composé cours

Le Mont-Saint-Michel

Le participe présent =  -ant

 

On peut aussi utiliser le participe présent pour remplacer une proposition relative. L’utilisation du participe présent rend la phrase plus légère d’un point de vue stylistique.

Exemple avec un participe présent simple:

Ils cherchent un professeur qui sache le grec moderne.

La partie en vert est la proposition relative.

Même phrase avec un participe présent:

Ils cherchent un professeur sachant le grec moderne.

“sachant” est la forme au participe présent. Elle est toujours invariable.

Dans un contexte présent, on utilise le participe passé simple.

 

Le participe présent composé:

On utilise le participe présent composé dans un contexte passé.

être/ avoir au participe présent: -ant + participe passé

Les machines qui ont fabriqué tellement de produits sont en panne.

Les machines ayant fabriqué tellement de produits sont en panne.

 

 

Podcast: Halloween en France

téléchargement (1)

 

 

Transcription:

Bonjour. Bienvenue sur CaliFrenchlife. Aujourd’hui, nous allons parler d’Halloween en France.

(Jingle)

Tout d’abord, il faut savoir qu’Halloween n’est pas une tradition française. Mais, pendant les années 90, les commerçants ont voulu intégrer cette fête américaine, d’origine irlandaise, pour des raisons commerciales et ça a plutôt bien fonctionné auprès des Français les premières années.

Petit à petit, l’engouement s’est épuisé et les décorations d’Halloween se sont faites plus rares dans les magasins pendant les années 2000.

Actuellement, on peut encore voir des décorations d’Halloween dans certains commerces mais pas dans tous. Tout dépend du bon vouloir du patron et de l’image qu’il veut donner.

Le 31 octobre, vous pourrez certainement voir des groupes d’enfants, d’adolescents et même quelques adultes déguisés mais ils restent une minorité.

Certains groupes d’enfants font encore le fameux “trick or treat”, donc il est préférable d’avoir quelques friandises chez soi à ce moment-là, mais ce n’est pas la peine de dévaliser les rayons “bonbons” des magasins vue les quelques petits groupes d’enfants qui viendront sonner à votre porte.

En résumé, Halloween a eu ses heures de gloire en France, mais la folie du phénomène est passée, seuls les incorruptibles se déguisent ou décorent encore leur maison. La fête a encore un certain succès auprès des enfants, mais les adultes ne font plus rien de spécial le 31 octobre. Cependant, les commerces pensent encore à profiter de cette fête pour développer de nouveaux produits et attirer de nouveaux clients.

 

Explication des mots en bleu:

l’engouement = l’entousiasme

actuellement = en ce moment

le bon vouloir = la volonté

déguisé = qui porte un costume (de monstre, de sorcière, de fantôme…)

les incorruptibles = les grands fans qui ne se font pas influencés par d’autres phénomènes de mode.

Podcast: Les Catherinettes

téléchargement (1)

 

 

Transcription:

Bonjour. Bienvenue sur CaliFrenchlife. Aujourd’hui, nous allons parler des Catherinettes.

(Jingle)

En France, le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine, c’est donc le jour de la Catherinette.

Mais qui sont les Catherinettes?

Ce sont des femmes de 25 ans qui ne sont pas encore mariées et qui attendent encore celui (ou celle) avec qui elles vont partager la vie et fonder un foyer.

On reconnaît les Catherinettes ce jour-là parce qu’elles portent un beau chapeau extravagant vert et jaune pour bien montrer le fait qu’elles sont des coeurs à prendre. Le chapeau est souvent personnalisé.

Ces femmes sortent avec leurs amis pour célébrer leur nouveau statut de “vieille fille”, mais tout est bien moins dramatique de nos jours. En effet, 25 ans était un grand âge dans le passé alors qu’actuellement, une personne de 25 ans est encore considérée comme jeune. C’est le début de la phase “adulte” parce que les gens font des études beaucoup plus longtemps qu’avant.

Les choses ont bien changé en France parce que l’âge moyen des femmes qui se marient est de 35 ans, d’après une étude de l’INSEE en 2016. Attention, dans cet âge moyen, on compte également les re-mariages. Mais quoi qu’il en soit, les jeunes se marient de moins en moins, par choix. Par conséquent, les femmes sentent beaucoup moins la pression du mariage et encore moins la pression de se marier avant l’âge de 25 ans !

La tradition de la Catherinette est donc en train de se perdre, le mariage devenant une option et non une obligation aux yeux des jeunes générations.

 

Tableau récapitulatif des temps

tour copie 2

 

Vous avez du mal à vous rappeler des différentes formes des temps? Voici un tableau qui vous donne un exemple de phrase affirmative, négative et de question avec inversion dans les temps les plus utilisés en français.

 

Temps Phrases affirmatives Phrases négatives Questions avec inversion
Présent Il mange une pomme. Il ne mange pas de pomme. Mange-t-il une pomme ?

 

Futur proche Il va manger une pomme. Il ne va pas manger de pomme.

 

Va-t-il manger une pomme ?
Passé proche / récent Il vient de manger une pomme. Il ne vient pas de manger de pomme.

 

Vient-il de manger une pomme ?
Passé composé Il a mangé une pomme. Il n’a pas mangé de pomme.

 

A-t-il mangé une pomme ?
Imparfait Il mangeait une pomme. Il ne mangeait pas de pomme.

 

Mangeait-il une pomme ?
Plus-que-parfait Il avait mangé une pomme. Il n’avait pas mangé de pomme.

 

N’avait-il pas mangé une pomme ?
Futur Il mangera une pomme. Il ne mangera pas de pomme.

 

Mangera-t-il une pomme ?
Conditionnel présent Il mangerait une pomme. Il ne mangerait pas de pomme.

 

Mangerait-il une pomme ?
Conditionnel passé Il aurait mangé une pomme. Il n’aurait pas mangé de pomme.

 

Aurait-il mangé une pomme ?
Subjonctif présent Il faut qu’il mange une pomme. Il ne faut pas qu’il mange de pomme.

 

Faut-il qu’il mange une pomme ?
Subjonctif passé Je ne crois pas qu’il ait mangé une pomme. Je suis triste qu’il n’ait pas mangé de pomme.

 

Crois-tu qu’il ait mangé une pomme ?
Impératif Mange une pomme ! Ne mange pas de pomme !

 

 

/

 

1 2 3 47