Quelques expressions idiomatiques (2)

On continue notre série sur les expressions idiomatiques les plus courantes pour mieux comprendre les Français et pour avoir l’air d’être l’un(e) de leur compatriote. Mais l’habit ne fait pas le moine… Commençons justement par cette expression!

 

L’habit ne fait pas le moine :

Il faut se méfier des apparences.

Exemple : Ce n’est pas parce qu’il a l’air intelligent avec ses nouvelles lunettes qu’il a les capacités de réussir son examen. Il faut bien plus qu’une certaine apparence pour clamer avoir certaines compétences / vertus.

 

boy-310099_960_720

 

Pédaler dans la semoule :

Cette expression veut dire qu’on a de grandes difficultés à faire quelque chose.

Exemple : Je pédale dans la semoule quand je dois utiliser le subjonctif présent!

Voici la semoule :

couscous-01

Pédaler c’est le mouvement que l’on fait en vélo. Imaginez-vous en vélo au milieu de ce plat, ça n’a pas l’air évident d’avancer!

Alternative : pédaler dans la choucroute

 

Retourner sa veste :

C’est soutenir une argumentation, puis affirmer le contraire du jour au lendemain.

Exemple : Ce politicien a retourné sa veste à plusieurs reprises, c’est pourquoi, je ne lui fais pas confiance.

Alternative: Il change d’avis comme de chemise.

 

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent :

Cela signifie que quand la personne qui représente l’autorité est absente (le chat), les autres (les souris) en profitent pour enfin faire ce qu’ils veulent, même si ce n’est pas autorisé en temps normal.

Exemple : Quand les parents quittent la maison, les adolescents en profitent pour organiser une fête. Dans ce cas, quand le chat n’est pas là, les souris dansent (au sens propre et au sens figuré!)

 

Appeler un chat, un chat :

C’est être direct et ne pas faire de détour quand on s’exprime, même si ça peut choquer certaines personnes.

road-sign-884434_960_720

 

Avoir du pain sur la planche :

loaf-of-bread-529237_960_720

Cette expression n’a pas de rapport avec l’image appétissante ci-dessus mais signifie quelque chose de moins plaisant : avoir beaucoup de travail.

Exemple : Excusez-moi, Monsieur, je n’ai pas le temps de vous parler trop longtemps, j’ai du pain sur la planche.

 

Explication du mot en bleu:

se méfier = to be wary

 

Quelques expressions idiomatiques courantes

Une expression idiomatique est une expression imagée souvent utilisée par les locuteurs natifs (les “native speakers”).

Voici une première sélection d’expressions idiomatiques à connaître pour avoir l’air d’un(e) vrai(e) Français(e).

  • L’expression « En avoir raz le bol » est utilisée quand une personne ne supporte plus une situation: « J’en ai raz le bol de manger la même chose tous les jours ! »

Pour rappel, voici ce qu’est un bol :

bowl-469295_960_720

 

Imaginez ce bol rempli de café jusqu’au bord. Si vous y ajoutez une goutte, il y aura inondation de votre table au moment du petit-déjeuner ! Quelle horreur! Donc il est temps que la situation change.

Alternatives de cette expression : « en avoir marre » ou « la coupe est pleine ».

 

  • « Faire chou blanc » est  utilisé quand une personne fait beaucoup d’efforts mais n’obtient pas de résultat.

Nous avons passé deux heures dans la voiture à essayer de trouver ce lac, mais finalement, nous avons fait chou blanc = Nous n’avons pas vu de lac alors que c’était l’objectif de la promenade en voiture.

0+0 = La tête de Toto (blague populaire parmi les enfants).

0+0 = La tête de Toto (blague populaire parmi les enfants).

 

  • « C’est le pompon ! » est une expression que l’on utilise quand un élément négatif s’ajoute à un tas d’autres éléments négatifs.

Exemple : Non seulement, il a imposé le restaurant, mais en plus, il m’a demandé de payer l’addition. C’était le pompon !

Alternative : « C’est le bouquet ! ».

 

  • « Se prendre un râteau » est dit quand on se fait rejeter par quelqu’un dans un contexte de séduction, quand la tentative de séduction est ratée.

Alternatives : « se prendre une veste » / « se prendre un vent ».

Exemple : Après un café, elle m’a dit que je n’étais pas son genre, je me suis pris un râteau. 

Voici ce qu’est un râteau : C’est un outil de jardinage dont la forme peut être douloureuse si vous le recevez en pleine tête. C’est ce que l’expression « se prendre un râteau » veut dire, non seulement on se fait rejeter mais en plus, ça fait mal ! Aïe! (L’orgueil est blessé).

garden-1300347_960_720

 

  • « Choisir entre la peste et le choléra » est une expression que l’on utilise quand seulement deux mauvais choix s’offrent à nous.

Les deux candidats de ces élections sont très mauvais, je dois choisir entre la peste et le choléra !

 

Explication des mots en bleu :

 

 Supporter = résister

Une goutte =telechargement-2

 Une inondation =quand des terres sont envahies par l’eau, la boue… (a flood)

Un tas = une pile (de choses)

L’orgueil = la fierté (pride)

 

Le futur antérieur cours

La plage du Pouldu en Bretagne.

La plage du Pouldu en Bretagne.

Le futur antérieur se forme avec “avoir” ou “être” au futur + le participe passé.

  • On peut l’utiliser seul dans une phrase:

D’ici 5 ans, nous aurons terminé la construction de notre maison. (we will have finished)

Dans un an, j’aurai fini mes études. (I will have finished my studies)

On utilise le futur antérieur pour exprimer une action terminée dans le futur. Attention, cette action n’est pas encore finie au moment où l’on parle. Ce temps est souvent accompagné d’une estimation temporelle : “d’ici 5 ans”, “dans un an”…

 

  • On peut aussi utiliser le futur antérieur avec un futur simple quand on fait référence à deux moments distincts dans le futur.

Quand j’aurai reçu mon diplôme, je pourrai chercher du travail.

1 = futur antérieur

2 = futur simple

L’action au futur antérieur se passe avant l’action au futur simple. 

Le futur antérieur se place dans la proposition qui commence par “quand”.

Ex: Quand j’aurai fini mon bain de soleil au Pouldu, j’irai me promener en ville.

 

Pour conjuguer le futur antérieur, on utilise “avoir” et “être” avec les mêmes verbes qu’au passé composé, c’est à dire les 15 verbes de la maison d’être et les verbes pronominaux.

 

Attention: On accorde le participe passé avec le sujet quand on utilise l’auxiliaire “être”.

 

On utilise le futur antérieur après des conjonctions précises:

quand

aussitôt que

une fois que

dès que

après que

lorsque

 

Aussitôt que tu auras lu ce livre, pourras-tu me le prêter?

 

Le passé composé cours

Reading suggestion: Good article about written French vs oral French

This article explains the importance of the mastering of written French in the French society.

https://www.thelocal.fr/20160927/why-writing-in-french-doesnt-have-to-be-a-nightmare

 

L’accord du participe passé cours

Blog master logo

1) On accorde le participe passé avec le sujet quand on utilise “être” au passé composé c’est à dire avec les verbes qui expriment un déplacement, un mouvement et un changement d’état comme:

mourir (mort),

naître (né),

venir (venu),

aller (allé),

entrer (entré),

sortir (sorti),

arriver (arrivé),

rester (resté),

partir (parti),

monter (monté),

descendre (descendu),

tomber (tombé),

passer (passé),

devenir (devenu)….

 

Voici un document appelé “la maison d’être” qui peut vous aider à les mémoriser:

La_maison_etre libre de droit

On utilise aussi “être” avec tous les verbes pronominaux: se lever, se réveiller…

N.B: Quand on utilise l’auxiliaire être, on doit accorder le participe passé avec le genre et le nombre du pronom.

Pour les pronoms sujets féminin: on ajoute -e.

Pour les pronoms sujets pluriels: on ajoute -s.

Pour les pronoms féminins et pluriels: on ajoute -es.

 

On forme le participe passé des verbes en -er en ajoutant -é au radical.

Exemple: Parler devient parlé

 

Exemple de conjugaison:

 

Je suis allé au cinéma (ici, la personne qui parle est un homme)

Tu es allé au cinéma

Il est allé au cinéma

Elle est allée au cinéma

On est allés au cinéma

Nous sommes allés au cinéma

Vous êtes allés au cinéma (ici, on s’adresse à un groupe)

Ils sont allés au cinéma

Elles sont allées au cinéma

 

Exemple avec un verbe pronominal:

Je me suis levé(e)

 

2) On accorde le participe passé quand le COD est placé avant le verbe:

La lettre que j’ai écrite.

(Ecrire la lettre.  La lettre = COD)

 

J’ai contacté la boulangère. Je l’ai vue mardi pour parler des gateaux pour la fête d’anniversaire.

(“l’” reprend “la boulangère” qui est un nom féminin. Comme “l’” est un COD placé avant le verbe, on doit accorder le participe passé “vu” au féminin donc on ajoute un “e” pour obtenir “vue”).

Attention:

Quand le COD est placé avant le verbe, il faut accorder le participe passé avec celui-ci quand il y a les auxiliaires “être” et “avoir”.

 

3) On n’accorde pas le participe passé quand le COD est placé après le verbe pronominal:

Elle s’est pris la tête.

La tête est le COD. Comme il est placé après le verbe, on n’accorde pas le participe passé de prendre.

La voix active et la voix passive cours

images (6)

La voix active: quand le sujet fait l’action.

Le chat a attrapé la souris.

Le chat = sujet

La souris = le COD

Dans cette phrase, le temps utilisé est le passé composé.

 

La voix passive: quand le sujet subit l’action.

  1. être + participe passé

La souris a été attrapée par le chat.

On conjugue “être” au passé composé.

 

2.  Se faire + infinitif

La souris s’est faite attraper par le chat.

 

A la voix passive:

Le COD prend la place du sujet.

L’agent (le sujet dans la phrase active) est introduit par “par”.

 

Attention:

L’agent peut ne pas être mentionné parce qu’il n’est pas assez important ou nécessaire.

On peut utiliser la voix passive pour tous les temps.

On garde le même temps à la voix active et à la voix passive.

 

1 4 5 6 7