Asterix, an inspiring character in the French culture

Asterix is a fictional French character who is famous to protect his village from all invasions. Can we make a parallel with the French of nowadays who are fighting hard to protect their social benefits?

In 2023, the French demonstrate or go on strike frequently because of pension reform. Asterix is a fictional character who is famous to be an “irreducible Gaul”. His village in Western France and its population have always resisted all invasions.

You may not have heard of Asterix but all the French, young and old, have known him since their childhood and they feel a certain tenderness for this Gaul who tends to become more and more a symbol of the French. Tiffany Amrein, student in political sciences at Strasbourg University, says that Asterix is one of the reasons to be “proud of being French because like in the Asterix comic books, the French are portrayed as smarter. They are always the exception. They are always different and they have that French touch that makes them funnier”.

The popularity of the character has been proven once more on February 1, 2023, when French director Guillaume Canet’s latest movie: Asterix and Obelix: The Middle Kingdom, was released in France. The opening of the movie was the most successful for a French-speaking movie in French movie theaters in 10 years.

Asterix is a famous character created by René Goscinny and Albert Uderzo in 1959. Since then, the popularity of that character has become very important in the French culture, in French-speaking countries and in many other countries all over the world. Nowadays, Asterix comic albums are translated into 116 languages and regional dialects.

In 2023, Netflix will release an Asterix TV show, made of 5 episodes, produced by Alain Chabat.

The “irreducible Gaul” is the main character of 39 comic books. Conrad and FabCaro are working on the 40th one. The first one was called Asterix the Gaul; it was released in 1961. 

Asterix also became the main character of animated movies. The first, was an adaptation of the first comic book. It was released in 1967. A little bit more than 30 years later, in 1989, he became the main theme of an amusement park near Paris: Le Parc Astérix, a competitor of Disneyland Paris. 10 years later, in 1999, the first live-action movie was released. Christian Clavier and Gérard Depardieu were the main actors of this first cinematographic adaptation of the comic book. Other live-action movies were released later and two of them became blockbuster movies.

Parc Asterix is a success. Sebastien Finet, radio speaker for RFM Rhône Alpes remembers the date of the opening of the park very well. It was on April 30, 1989. It was one of the first theme parks in France. He remembers having been amazed by the world of Asterix: “I was immediately hooked on this universe … To see the world of Asterix in the comics and to see it in real life with the village and the different countries found in the albums.”  

Asterix has become more and more popular over the years. He is even mentioned in rap songs! Booba and Jul, two rap artists, have mentioned Asterix and his magical potion to become even stronger to fight against enemies. 

Since the 1970’s, some French Presidents have referred to Asterix by quoting some expressions said in the comic strips. 

In August 2018, during a speech delivered in Denmark, President Macron compared the French population to “Gaulois réfractaires aux changements”, that is to say “Gauls who are resistant to change”. This definition created a scandal among the French population. Some French people thought that it was condescending. The President had to justify his words in another speech the same week. 

In 2023, the French are against the new age of retirement: 64 years old. They are fighting for their social benefits because they don’t want to be taken for fools. 

At the beginning of the country, France was populated by Gauls but the comparison with “nos ancêtres, les Gaulois” (our ancestors, the Gauls) or Asterix has limits for the French. The Gauls that the French know the most are the Gauls from the Asterix stories, while the real Gauls had different characteristics.

The fictional Gauls are strong, funny and love enjoying life by eating a lot and partying. On the other hand, they are stubborn, disorganized, not subtle, not graceful and not always very smart.

Brett Lipshutz, an American Francophile and psychotherapist in training thinks that “he’s a symbol of the old France”. Asterix is “typically French in the stereotypical sense of French”.

The Gauls of the comic strip have their qualities and flaws but they remain in the heart of the French. 

During the demonstrations against pension reform, some people acknowledged the comparison with the “irreducible Gaul” by being dressed up in Asterix but they clearly understand the difference between fiction and reality. Pension reform will directly impact their future. Fighting for their social benefits is second nature for the French and going on strike has been a constitutional right since 1946. 

Sources: https://asterix.com/ and https://en.wikipedia.org/wiki/Asterix

Emmanuelle Franks

L’impact de la BD reportage

Quand on pense à la bande dessinée, on pense souvent à de la fiction mais depuis les années 90, la BD reportage prend une place de plus en plus importante. On pourrait se demander dans quelle mesure ce genre peut avoir un impact sur la société. 

Qu’est-ce que la BD reportage? 

La BD reportage est aussi appelée BD documentaire. Certains illustrateurs se donnent la mission de faire des investigations sur le terrain pour reporter ce qui se passe dans le monde. Ils dénoncent des causes qui leur tiennent à coeur pour sensibiliser l’opinion publique. Ils veulent que leur art ait un impact. Ils font de la bande dessinée engagée. 

Comment la BD reportage a-elle évolué? 

La BD reportage a fait son apparition aux Etats-Unis dans les années 40. Ce genre de BD est appelé “graphic journalism” en anglais. Au début, la BD documentaire avait la forme de “comic strip” dans les journaux, puis des albums entiers y ont été consacrés. Dans les années 50, Jacqueline Duhême, une française a innové en faisant des reportages sous forme de dessins. Elle a notamment illustré De Gaulle en Amérique du Sud. 

Le dessinateur qui a ravivé le genre de la BD documentaire s’appelle Joe Sacco. Il est américano-maltais. Pendant les années 1990, il a illustré le conflit palestinien puis le conflit en Bosnie. Intrigué par ces conflits et questionnant ce qui était reporté par les médias, il a décidé de se rendre dans les pays concernés pour illustrer ce qu’il observait comme un reporter l’aurait fait avec des photographies ou des vidéos. Il a fait des investigations sur place et a donné son propre décryptage de ces conflits via ses illustrations. Il a sorti plusieurs albums sur le conflit israelo-palestinien: Palestine: une nation occupée, vertige Graphic, 1996; Palestine: dans la bande de Gaza, Vertige Graphic. Il est également l’auteur de Soba: une histoire de Bosnie, sorti en 2000 chez Rackham. 

D’autres illustrateurs ont été sur le terrain pour reporter leurs expériences.

Guy Delisle, auteur de bandes dessinées quebecois, a illustré ses expériences en tant qu’expatrié. 

Il est notamment l’auteur de Chroniques birmanes, Delcourt, collection Shampooing, 2007 et de Chroniques de Jérusalem, Delcourt, collection Shampooing, 2011. Il est l’auteur d’autres BD autobiographiques et humoristique. 

Etienne Daveaudo est un auteur de bande dessinée français. Il a écrit pour dénoncer des drames sociaux.  Ses grands succès sont Un homme est mortéditions Futuropolis, 2006, scénario en collaboration avec Kris et Les Ignorants : récit d’une initiation croisée, Paris, éditions Futuropolis, 2011. Il illustre la vie de personnages victimes de la société à des moments variés de l’histoire. 

Philippe Squarzoni est un illustrateur d’origine lyonnaise qui, en plus d’autres oeuvres, a été l’auteur, en 2012, d’une BD sur le réchauffement climatique. Il a fait des investigations pendant 6 ans pour pouvoir produire une oeuvre extrêmement réaliste: Saison Brune. Les dessins ont parfois été produits à partir d’arrêts sur image d’entretiens filmés par ses soins. Sa BD contient des courbes, des schémas, des chiffres, de vraies photos. Il utilise le “je” et assume sa subjectivité narrative. C’est sa manière de transmettre son opinion et de politiser son oeuvre. En 2012, il a reçu le prix Léon de Rosen par l’Académie française. 

En 2017, Radio Canada Estrie a créé une BD documentaire numérique sur la vie de Raif Badawi, blogueur activiste, emprisonné en Arabie Saoudite. Le but de cette initiative était de sensibiliser davantage l’opinion publique. L’Estrie a fait des investigations très poussées sur sa vie et étape par étape, des scènes réelles de son existence ont été reproduites. Tous les dessins ont été faits dans le souci du détail. Il fallait absolument représenter la réalité pour être crédible et convaincre. 

Quelles sont les caractéristiques de la BD reportage? 

Illustrer la réalité dans ses détails est la préoccupation première des illustrateurs de BD documentaire. Ils n’ont pas d’appareil photo mais leurs dessins sont aussi précis que des photographies de grande qualité. 

La BD documentaire est un genre engagé. Elle permet de militer. L’illustrateur donne ouvertement son opinion sur des faits d’actualité, ou des faits sociaux. La BD, encore plus que la photographie, peut montrer une scène dans son ensemble, via ses dessins mais aussi ses mots. L’illustrateur nous transmet ses émotions via son art. La BD documentaire commente le réel de manière pertinente. 

Récemment, le genre de la BD documentaire a inclut des ouvrages moins militants et davantage basés sur l’humour.  

De nombreux thèmes sont traités et sont vulgarisés: les fake news, le 11 septembre 2001 et ses conséquences, le coronavirus, le racisme, l’environnement, les conditions de vie de certaines couches de la population… 

La BD documentaire a le pouvoir de toucher d’autres segments de la population. Ceux qui ne lisent pas forcément les journaux ou les romans. Elle permet de mieux comprendre certains enjeux de la société.Elle peut faire pression. Elle permet de prendre conscience de nombreuses injustices. Grâce à la BD reportage, le 9ème art est au service d’un monde meilleur en dénonçant ses atrocités. 

Pourquoi les BD sont-elles de bons supports pour apprendre et enseigner le français ?

Tintin_and_Snowy_grafitti

La bande dessinée est un outil qui peut se révéler très utile dans l’apprentissage du français ; que la lecture de la BD soit faite en classe avec un professeur ou en autonomie.

Si vous aimez la bande dessinée, cette forme de littérature peut être une méthode motivante pour comprendre et apprendre un français authentique basé sur le style direct via les dialogues des personnages fictifs.

Les textes sont courts, percutants et efficaces, ce qui peut être un autre facteur de motivation.

Par ailleurs, l’image donne des indices supplémentaires pour mieux comprendre le sens du dialogue et de l’intrigue.

Cette forme de littérature a également une valeur socio-culturelle forte. Les personnages de BD font partie du patrimoine culturel des populations francophones et ils évoluent dans un univers qui montre le quotidien dans une culture locale.

Les BD sont des supports propices à la discussion. Le professeur de français peut choisir un angle interculturel, un angle chronologique pour comparer deux époques, un angle artistique pour analyser la complémentarité image-texte… Et on peut se poser la question suivante : l’humour des BD est-il capable de traverser les barrières culturelles et linguistiques ?

Les projets qui peuvent émaner des bandes dessinées sont nombreux. La finalité la plus évidente est la création d’une BD en classe. En groupes, les apprenants peuvent se mettre d’accord sur les aspects suivants :

  • Création de l’intrigue
  • Profil des personnages
  • Apparence des personnages
  • Dialogues
  • Décors
  • Couleurs

Que de conversations animées en perspective !

 

Mais quelles bandes dessinées font partie de la culture francophone ?

 

Les auteurs belges sont particulièrement créatifs dans le domaine de la bande dessinée :

 

Tintin est le héros de BD belge par excellence. Ses aventures peuvent être de bons supports pour des analyses chronologiques et l’évolution des représentations au fur et à mesure que le temps passe. Cette BD est un très bon support pour les adolescents, jeunes adultes et adultes.

 

Blake et Mortimer est une bande dessinée d’espionnage belge qui peut convenir aux adolescents, jeunes adultes et aux adultes.

 

Les Schtroumpfs (The Smurfs) sont de petits êtres bleus qui vivent dans des maisons en forme de champignons et qui craignent le méchant Gargamel. Cette BD est adaptée aux enfants jusqu’à l’âge de 12 ans environ.

 

Boule et Bill est également une création belge. Boule est le maître et l’ami de Bill, un cocker anglais. Ce dernier ne parle pas mais arrive toujours à se faire comprendre. Cette BD est un support exploitable avec des enfants jusqu’à l’âge de 12 ans environ.

 

Lucky Luke est un personnage issu d’une coopération franco-belge. Il est un cow-boy solitaire qui évolue dans un western. Il s’agit d’un support attractif pour les adolescents, les jeunes adultes et les adultes.

 

Spirou et Fantasio est une autre BD issue de la collaboration franco-belge. Les personnages éponymes sont des reporters qui essaient de sauver le monde de personnes méchantes comme des gangsters, des savants fous et des dictateurs. Cette BD est adaptée aux enfants jusqu’à l’âge de 12 ans.

 

Astérix est une création française apparu en 1959. Son scénariste est René Goscinny et son illustrateur est Albert Uderzo. Les aventures humoristiques d’Astérix racontent les péripéties de son personnage éponyme, originaire d’un petit village gaulois qui résiste à l’invasion des Romains. Cette BD est divertissante à tous les âges.

 

800px-Comic_wall_Asterix_&_Obelix,_Goscinny_and_Uderzo._Brussels

 

La plupart de ces bandes dessinées ont été adaptées au cinéma ou sont devenues des dessins animés.

Comparer la BD à l’une de ses versions cinématographiques peut également être une exploitation intéressante.

 

En conclusion, la bande dessinée est une forme littéraire à valoriser pour apprendre et enseigner le français de manière ludique.