Enseignants: Comment bien gérer les cours à distance?

headphones-2618446_960_720

Dans un passé qui n’est finalement pas si lointain, les cours de langues par téléphone avaient le vent en poupe dans les entreprises et auprès de certains particuliers très occupés.

De nos jours, les gens sont connectés en permanence. Ne pas se déplacer pour prendre un cours de langue d’une heure ou plus est devenu un excellent moyen d’optimiser son temps libre. Que ce soit sur Skype, Zoom ou FaceTime, tous les moyens sont bons pour donner un cours qui a finalement autant de qualités qu’un cours en présentiel. En effet, avec le son, l’image et un « live chat» qui est encore plus sophistiqué qu’un simple tableau blanc, on peut même proposer des cours divertissants !

 

Il existe différents formats de cours à distance :

 

Le programme hybride :

 

Les gens peuvent opter pour un programme hybride, c’est à dire qui contient des séances en présentiel et en distanciel. Pour optimiser ce type d’enseignement, il est essentiel que la nature des séances soit visible sur un calendrier partagé. Ainsi, ce sera plus facile pour l’enseignant de choisir les activités les plus appropriées pour atteindre ses objectifs pédagogiques et plus pratique pour tous pour éviter les confusions.

 

Le programme en distanciel à 100% :

 

C’est un choix que font de plus en plus d’apprenants en langues et les nouvelles technologies permettent d’offrir des prestations plus que satisfaisantes.

 

Voici quelques astuces pour enseigner à distance :

 

A part la programmation des séquences et la préparation des séances, tout peut se faire en ligne pendant le temps du cours.

 

Le support peut être envoyé via le « live chat » que ce soit un document Word ou un lien d’Internet. De plus, l’enseignant et l’apprenant peuvent également partager leur écran pour faciliter les échanges.

Les cours peuvent être vivants grâce aux émoticônes, aux vidéos, à la musique en plus des qualités d’animation de l’enseignant.

 

Au fur et à mesure du cours, lors de l’apprentissage de vocabulaire nouveau ou de nouvelles expressions idiomatiques, l’enseignant note le nouvel élément dans le « live chat ». Il notera également ce qui lui semblera utile pour faciliter la visualisation et la mémorisation.

 

Lors de l’apprentissage d’un nouveau point de grammaire, il est nécessaire pour l’enseignant d’avoir préparé un document Word sur lequel figure toutes les règles de manière simple et claire ainsi que des exemples pertinents pour récapituler le tout et donner un cours théorique fiable à l’apprenant. Il est fondamental de conserver précieusement ce type de documents afin de pouvoir les envoyer et de les renvoyer à bon escient. En effet, un document bien fait peut être réutilisé avec d’autres apprenants.

 

Les devoirs peuvent également être envoyés en ligne à la fin de la séance. Des exercices de systématisation peuvent être envoyés via des liens et les autres types d’activités à faire en-dehors du cours doivent être expliquées de manière concise et claire.

 

Si le « live chat » ne garde pas les données, l’enseignant doit copier et coller les informations du cours afin de les envoyer par courriel immédiatement après la connexion.

 

Si vous avez choisi une méthode de langue avec un manuel, il vous suffit de suivre la méthode. L’apprenant et l’enseignant ont le même support sous les yeux, l’image peut vous aider à indiquer un endroit d’une page en particulier. L’enseignant est maître des documents audio, il n’a qu’à cliquer sur « lecture » et l’apprenant entendra le son à travers son écran.

L’enseignant peut également envoyer un lien s’il veut enrichir son cours en exploitant un document extérieur.

 

Voici quelques techniques d’animation :

 

Elles sont cruciales pour éviter que l’apprenant ne s’ennuie! En effet, l’un des inconvénients des cours en ligne est que l’attention peut tomber plus facilement parce que les interactions peuvent ne pas être aussi stimulantes qu’en face à face.

 

Si le cours a lieu sur FaceTime, c’est à dire un moyen de communication qui ne contient pas de “live chat” et qui ne permet pas l’envoie de documents ou de liens, l’enseignant doit redoubler d’efforts :

 

  • Utiliser le courriel ou le « live chat » de messageries électroniques pour communiquer à l’écrit.

 

  • Utiliser une ardoise pour permettre la visualisation de certains mots ou exploiter le dessin pour activer le vocabulaire.

 

  • Des cartons de couleurs pour instaurer un code de communication sans interrompre l’apprenant. Par exemple : Carton jaune : pour inviter à l’autocorrection ; carton vert : pour conforter l’apprenant après une prise de risque linguistique.

 

  • Exploiter de la musique et des images pour introduire un thème ou donner des indices.

 

Il existe des dizaines de façons d’animer un cours. L’enseignant doit simplement être à l’aise avec les outils qu’il choisit.

 

Que ce soit sur Skype, Zoom ou FaceTime, l’enseignant et l’apprenant doivent impérativement se placer en face d’une source de lumière pour que les détails du visage peuvent être vus. Les expressions, la forme de la bouche sont des indicateurs qui permettent une meilleure communication. De plus, voir le visage de l’apprenant est essentiel pour que l’enseignant sache s’il doit continuer comme il le fait ou s’il doit modifier son approche. L’apprenant doit également s’exprimer explicitement si une activité ou autre ne lui convient pas.

 

En cas de défaillances techniques des outils de communication, il est nécessaire de ne pas être frustré et stressé. Avant que les cours ne commencent, il est nécessaire de préparer un plan B si un outil est défaillant. Par exemple, si Skype ne fonctionne pas bien temporairement, utilisez Zoom ! Si Internet ne fonctionne pas chez l’un ou chez l’autre, téléphonez-vous pour convenir d’une solution.

 

Les cours à distance doivent engager pleinement les deux partis. L’apprenant et l’enseignant doivent être actifs et faire des efforts pour communiquer le plus clairement possible.

Le choix du lieu et la qualité de la connexion Internet sont les bases d’un bon cours.

Leave a Reply